Bientôt

Énergie sous forme d'ATP


Chaque fois que la molécule de glucose se désassemble, l'énergie n'est pas simplement libérée dans le milieu.

L'énergie est transférée à d'autres molécules (appelé ATP - Adénosine Triphosphate), qui serviront de réservoirs d'énergie temporaires, de «petites batteries» qui peuvent libérer des «pilules» d'énergie où qu'elles se trouvent.
Dans le cytoplasme cellulaire, une substance soluble communément appelée adénosine diphosphate, ADP. Les radicaux solubles sans phosphate inorganique sont également courants (que nous symboliserons par Pi), anions monovalents d'acide orthophosphorique. Chaque fois que la libération d'énergie se produit dans la respiration aérobie, cette énergie lie le phosphate inorganique (Pi) à l'ADP, générant de l'ATP.. L'ATP étant également soluble, il se propage dans toute la cellule.

La liaison de l'ADP avec le phosphate est réversible. Ainsi, chaque fois que l'énergie est nécessaire pour effectuer un travail sur la cellule, certaines molécules d'ATP sont converties en ADP + Pi et l'énergie libérée est utilisée par la cellule. La recharge d'ADP se produit chaque fois que l'énergie est libérée du désassemblage du glucose, ce qui se produit lors de la respiration aérobie ou de la fermentation.

La structure ATP

L'ATP est un composé dérivé des nucléotides où l'adénine est la base et le sucre est le ribose. L'ensemble adénine plus ribose est appelé adénosine. L'union de l'adénosine avec trois radicaux phosphate conduit au composé adénosine triphosphate, l'ATP. Les liaisons qui maintiennent les deuxième et troisième radicaux phosphate piégés dans l'ATP sont très énergétiques (elles libèrent environ 7 Kcal / mol de substance).

Ainsi, chaque fois que le troisième phosphate se déconnecte de l'assemblage, de l'énergie est libérée qui le maintient avec l'ATP. C'est cette énergie qui est utilisée lorsque nous marchons, parlons, pensons ou faisons tout travail cellulaire.